Remerciements suite aux propos de la Ministre de la Santé sur l'EHPAD de Notre-Dame-de-Monts

Remerciements suite aux propos de la Ministre de la Santé sur l'EHPAD de Notre-Dame-de-Monts

Remerciements suite aux propos de la Ministre de la Santé sur l'EHPAD de Notre-Dame-de-Monts

Date : Tags : Vendee, EHPADLesOyats, Sante, Juin2019

 

Merci Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé, merci chère Agnès Buzyn d’être venue en Vendée pour illustrer les mesures phares du Plan Santé 2022.

Merci d’en avoir profité pour faire le point de la situation de l’EHPAD Les Oyats-Gilles Artus de Notre Dame de Monts, que j’avais eu l’occasion d’évoquer avec vous quelques jours auparavant.

Merci à votre Conseiller Spécial d’avoir pris le soin de recevoir les différents acteurs afin de prendre toute la mesure de cette déplorable et accablante histoire.

Vous avez annoncé des décisions fortes qui devront être rapidement suivies de résultats concrets pour le respect du personnel soignant/aidant et in fine des résidents.

Et c’est donc à votre demande, Madame la Ministre, qu’une feuille de route précisera les objectifs à atteindre à très court, court et moyen terme.

Ce doit être la 1ère étape des nouvelles bases de la reconstruction de ce bel établissement, au cœur de l’actualité, parce que certain(e)s y ont agi sans scrupules, sans empathie, sans humanité et que d’autres continuent à déclarer qu’ils ne savaient pas.

Le déni est chose courante quand on se trouve acculé à devoir faire face à ses responsabilités.

Le déni n’entraine ceux qui le pratiquent que vers la mauvaise porte de sortie de la crise.

Seule la vérité arrive toujours à ses fins.

La vérité est que le Gouvernement ne peut pas être tenu responsable de l’immoralité de la prise en compte de l’humain au sein de cet EHPAD.

La vérité est que certains ont fait le choix du silence, d’autres celui de la complicité passive, d’autres enfin, celui du dénigrement : "qu’ont-elles à se plaindre ces employées ? elles en font un peu trop, non ?" (sic)...

L’intelligence aurait dû guider le collectif pour que des solutions durables, respectueuses du bien-être de chacun soient co-construites dans le cadre d’un projet d’établissement.

Au lieu de cela, on a pensé que les méthodes du vieux monde pouvaient encore être à l’ordre du jour.
On a alors parlé de politique, ou plutôt de revanche politicarde.

Dois-je rappeler le sens noble de la politique pour ceux qui l’auraient oublié ?

Elle est, dans son sens noble, je cite : « l’activité qui s’occupe de la chose publique et de l’organisation de la cité ».

Avoir le souci de la chose commune devrait être le propre de chaque homme.

La politique perd de sa noblesse quand elle devient symbole péjoratif de l’art de conquérir et de vouloir se maintenir au pouvoir à tout prix.

Mais parce que la cause est juste nous avons tenu.

Parce que par gros temps on ne quitte pas le navire.

Parce que le personnel nous a fait confiance et que de nombreux habitants et citoyens nous ont apporté leur soutien, nous avons fait de la politique au sens noble et sommes allés jusqu’au bout pour défendre les intérêts des plus faibles, des plus menacés, de celles et ceux à qui il fut trop longtemps interdit de parler sous peine de sanctions lourdes.

Et même si depuis des semaines, nous avons fait l’objet de dénonciations calomnieuses, nous n’étions donc pas les menteurs, les malhonnêtes et les indignes, ceux que l’on a sali et à qui l’on a voulu porter préjudice.

L’enquête interne que je réclamais à l’Agence Régionale de Santé va débuter grâce à votre sens de l’engagement Madame la Ministre.

Elle rendra vite ses conclusions.

Parce que ce que le respect des autres, la solidarité, la morale, ne sont pas que des mots et des formules.

Parce qu’il n’est pas question que la faillite de certains aient des conséquences sur la prise en charge des résidents de ce bel établissement.

Assemblée Nationale

Permanence parlementaire

Contact

Assemblée Nationale
126. Rue de l'Université
95355 Paris 07 SP
01 40 63 32 09
Permanence parlementaire
Résidence les Oyats
66 Quai de la République
85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie
06 73 35 00 82
02 28 10 40 35





Votre message a bien été envoyé